Articles, Bric-à-brac

Sherlock saison 4 : Analyse

sherlock_season-4

Aujourd’hui je vous propose un article assez différent de d’habitude, puisqu’on ne parlera pas d’écriture, mais de série. Ayant ENFIN pu découvrir la saison 4 de Sherlock, j’avais envie d’en parler parce qu’à mon avis, il y a beaucoup de choses à dire.
Attention, ça va méchamment spoiler ! Je conseille à ceux qui veulent garder la surprise de ne pas lire ce qui va suivre !

Après une saison 3 plus que décevante, j’avais fondé beaucoup d’espoir sur la suite. L’épisode spécial « L’effroyable mariée » m’avait emballé (à quelques détails près), donc mes attentes étaient encore plus grandes concernant la suite.

Épisode 1 : Le moins bon selon moi. On revient sur le passé de Mary et sur la clé USB signée A.G.R.A, censée avoir été détruite dans la saison précédente. Et là j’ai envie de mettre le doigt sur de nombreuses incohérences :
– Si ces fameuses clés contenaient les vraies identités des tueurs, pourquoi les gardaient-ils autour du cou pendant leurs missions, bien en vue de leurs ennemis ?
– Pourquoi Mary et Ajay enlèvent-ils leur cagoule alors qu’ils sont mis en joue ? Un gros plan sur leurs yeux aurait suffit pour comprendre de qui il s’agissait (et encore, on le savait bien avant).
– Quand Ajay entend parler d’une dame anglaise traîtresse, pourquoi ne pense-t-il pas à quelqu’un d’autre que Mary ? Ses soupçons sont légitimes, mais avant de la condamner à mort il aurait peut-être fallu vérifier, demander, faire avouer sous la torture à la limite.
– À un moment donné, on voit Ajay cacher sa clé dans le buste de Thatcher, puis il est assommé par derrière. Comment son agresseur a pu ne pas le voir alors qu’il se trouvait dans son dos ?
– Pourquoi Watson a l’air d’être constipé quand Mary meurt ? Freeman est un bon acteur, mais à ce moment-là j’avais l’impression qu’il se retenait de péter (parce que bon, ça craint de lâcher une caisse quand ta femme meurt dans tes bras).
Je n’ai pas cru une seconde au flirt avec la fille du bus. Absolument rien ne laissait présager cela et rien ne l’incitait non plus. Est-ce que le couple Watson était en difficulté ? Apparemment pas, aucun indice là-dessus. Est-ce que son nouveau rôle de père l’angoissait et le poussait à s’éloigner de sa famille ? Là encore rien ne le supposait. La fille du bus est simplement là pour servir les prochains épisodes, mais n’a pas vraiment de raisons d’être en tant que flirt.
Bref, un épisode très moyen qui ne m’a pas transcendé, facilement oubliable (comme le personnage de Mary). Au suivant.

Épisode 2 : Nouveau méchant, nouvelle intrigue ! Ici Sherlock a affaire à Culverton Smith, sorte de bon samaritain psychopathe qui profite de sa popularité pour commettre des crimes sans être inquiété. J’ai beaucoup aimé ce méchant dans le sens où il met les nerfs de Sherlock à rude épreuve, ça m’a fait pensé à l’épisode « Les chiens de Baskerville » où Sherlock doutait de ses capacités et de sa santé mentale, exactement comme dans cet épisode. Culverton fait même plus fort puisque Watson tabasse son meilleur ami avec une violence qu’on ne lui connaissait pas jusqu’alors. Même Moriarty n’a pas réussi cela. Watson a toujours été loyal envers Sherlock, il est son plus fidèle soutien et seul Culverton peut se vanter d’avoir poussé Sherlock à bout au point d’altérer la confiance de Watson. Chapeau ! Je suis déçue qu’il ne dure qu’un épisode, il en aurait mérité un autre ! Dommage qu’il finisse en eau de boudin, piégé par un stupide dispositif d’écoute.

sherlock-4-finale

Épisode 3 : Big révélation, on apprend que Sherlock avait une petite soeur, Eurus, et qu’elle est une psychopathe en puissance. Pire que Moriarty et Culverton réunis.
Si vous avez lu mon article sur les clichés, vous savez que je déteste les jumeaux cachés (mais ça vaut aussi pour les parents et les frères/soeurs/enfants). Pourtant il s’agit, à mon sens, d’un des meilleurs épisodes de la série car il arrive à instaurer et à maintenir une tension macabre tout le long. Sherlock, Watson et Mycroft sont pris au piège de sa folie à travers un jeu glauque dont on se demande qui sortira vivant.
Évidemment on se demande comment Mycroft a pu l’enfermer en prison alors que lui-même n’était qu’un enfant à ce moment-là, et si Eurus n’a pas elle-même manipulé Moriarty pour le pousser à poursuivre Sherlock. Même si c’est cliché, je préfère cela à un retour de Moriarty qui, à moins d’un stratagème très bien ficelé, aurait été what the fuck à mes yeux.
J’ai beaucoup aimé cet épisode malgré les incohérences et les facilités. Je ne m’étais pas sentie aussi tendue depuis le dernier épisode de la saison 2. Je regrette juste la fin où Eurus fond en larmes, mais comment la blâmer ? Elle est enfermée depuis l’âge de cinq ans, séparée de sa famille, privée d’amis, d’amour et de soutien. On se rend compte aussi que Mycroft est vraiment une sale race : il fait croire à ses parents qu’Eurus est morte et préfère la cloîtrer à vie plutôt que de l’aider à vaincre sa folie (à mon sens complètement justifiée). Tu m’étonnes qu’elle devienne mauvaise ! Elle est aussi une parfaite illustration à la question : « Et si Sherlock était du mauvais côté ? ».

Bilan de la saison 4 : la série reprend du poil de la bête dès lors que Mary disparaît, et ça ne me surprend pas. Les deux derniers épisodes m’ont plu, par contre un petit bémol : où est Rosamund, la fille de Watson ? On ne la voit quasiment pas et n’est même pas mentionnée dans les pires instants, quand Watson peut mourir n’importe quand. Est-ce qu’elle a de l’importance pour lui au moins ? Elle est quand même le dernier souvenir de Mary. C’est un peu injuste.
Si j’en crois les nouvelles, il y a très peu de chances pour qu’une saison 5 voit le jour. Le dernier épisode conclut bien cette série, même si pour moi les deux premières saisons surpassent tout, toutes séries confondues.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s